Les préjugés autour du compostage

Bien que le compostage soit une pratique bénéfique pour l’environnement qui se démocratise de plus en plus, plusieurs préjugés et idées fausses persistent.

  • Le compost attire les nuisibles 
  • Les agrumes ne peuvent pas se composter 
  • Composter nécessite d’avoir un jardin
  • Composter est compliqué et demande du temps

I. Le compost attire les nuisibles

Un compost géré avec attention n’attire généralement pas de nuisibles comme des rats ou autre animal. Afin d’éviter leur présence : 

  • Aérer et humidifier régulièrement votre compost : mélanger et brasser régulièrement (1 fois par mois en moyenne) votre compost permet d’accélérer le processus de décomposition grâce à l’oxygénation du compost. Un compost humide favorise également la décomposition des biodéchets. Cependant, il faut veiller à ce que le taux d’humidité ne soit pas trop élevé.
  • Éviter de déposer les restes de repas (viandes, poissons, fromages…) à la surface du compost : bien enfoui sous le compost, ces déchets se décomposeront plus rapidement et leur odeur sera réduite. Cela évitera d’attirer les nuisibles.

II. Les agrumes ne se compostent pas

Selon quelques idées reçues, les agrumes seraient trop acides et leur peau trop épaisse pour être compostées. Cependant, ces préjugés sont faux ! 

En effet, l’acidité des déchets organiques n’impact pas le bon déroulement du processus de compostage étant donné que celui-ci commence toujours par une phase acide. Afin de faciliter leur décomposition, découpez en petits bouts et humidifiez la peau des agrumes avant de les mettre dans le compost.

III. Composter nécessite d'avoir un jardin

Le compostage peut être fait à petite échelle et n’exige pas nécessairement un grand espace. Des bacs à compost compacts et des systèmes de lombricompostage peuvent être utilisés même dans de petits appartements. 

A La Rochelle, Alter Gaïa propose une solution de collecte de biodéchets pour les particuliers. Sous forme de points d’apport volontaire, les particuliers inscrits au service peuvent faire valoriser leurs biodéchets facilement.

IV. Composter est compliqué et demande du temps

Certaines personnes pensent que le compostage est une activité complexe nécessitant beaucoup de temps et de connaissances. En réalité, les principes de base du compostage sont simples : mélanger des matières vertes et des matières brunes, maintenir une humidité correcte et aérer régulièrement. Certaines techniques comme le compostage en tas peuvent être lentes, mais des solutions comme le compostage en bac avec un bon brassage et une bonne gestion des matériaux peuvent accélérer le processus.

Ensemble, ces petites bêtes du compost forment un écosystème dynamique et harmonieux, où chaque acteur joue un rôle précis dans la transformation des déchets en ressources précieuses pour notre environnement. En optant pour la valorisation des biodéchets à travers le compostage, nous soutenons non seulement la santé de notre planète, mais nous célébrons également la diversité de la vie qui s’épanouit dans nos jardins et nos sols. 


Site de méthanisation

La méthanisation

Bien que l’équipe d’Alter Gaïa ait fait le choix de valoriser les biodéchets grâce au compostage, cette solution n’est pas la seule. La méthanisation est un processus biologique qui permet de transformer les biodéchets en une ressource précieuse : le biogaz. Dans cet article, nous explorerons en détail le fonctionnement de la méthanisation, ses avantages environnementaux et ses applications pratiques dans la gestion des déchets.

  • Comprendre l’économie circulaire
  • Les avantages de l’économie circulaire
  • L’avenir de l’économie circulaire

I. Comprendre la méthanisation

La méthanisation est un processus biologique naturel qui se déroule en l’absence d’oxygène. En effet, dans un environnement anaérobie, des micro-organismes décomposent la matière organique, tels que les déchets alimentaires, les résidus agricoles ou les boues d’épuration, pour produire du biogaz et du digestat. Ce processus se déroule dans un digesteur, une structure hermétique où les conditions sont contrôlées pour favoriser la décomposition des déchets.

II. Production de biogaz

Le biogaz est le produit principal de la méthanisation. Il est composé principalement de méthane et de dioxyde de carbone, ainsi que de petites quantités d’autres gaz tels que le sulfure d’hydrogène ou l’ammoniac. Ce biogaz peut être utilisé comme source d’énergie pour produire de l’électricité, de la chaleur ou du carburant. La combustion du biogaz produit également moins d’émissions de gaz à effet de serre que les combustibles fossiles, contribuant ainsi à la lutte contre le changement climatique.

III. Valorisation du digestat

Outre le biogaz, la méthanisation produit également du digestat, un résidu organique riche en éléments nutritifs. Le digestat peut être utilisé comme fertilisant pour les sols agricoles, favorisant ainsi la croissance des plantes et la santé des écosystèmes. En recyclant les nutriments contenus dans les biodéchets, la méthanisation contribue à la préservation des ressources naturelles et à la réduction de l’utilisation d’engrais chimiques.

IV. Avantages de la méthanisation

  • Réduction des déchets et du gaspillage alimentaire : La méthanisation permet de valoriser les biodéchets qui seraient autrement envoyés en décharge, réduisant ainsi la quantité de déchets enfouis et les émissions de gaz à effet de serre associées.
  • Production d’énergie renouvelable : Le biogaz produit par la méthanisation peut être utilisé comme source d’énergie renouvelable, contribuant ainsi à la diversification du mix énergétique et à la transition vers une économie bas-carbone.
  • Fertilisation des sols : Le digestat produit par la méthanisation peut être utilisé comme amendement organique pour les sols agricoles, favorisant ainsi une agriculture plus durable et respectueuse de l’environnement.

V. Applications pratiques de la méthanisation

La méthanisation trouve des applications dans de nombreux secteurs, notamment :

  • Agriculture : Pour valoriser les résidus de culture, les déchets d’élevage ou les effluents d’épuration.
  • Agroalimentaire : Pour traiter les déchets alimentaires des industries agroalimentaires.
  • Collectivités : Pour gérer les déchets organiques des cantines, des restaurants ou des marchés.

Site de méthanisation

En résumé, la méthanisation offre une solution efficace pour valoriser les biodéchets tout en produisant de l’énergie renouvelable et en fertilisant les sols. Ce processus contribue à la réduction des déchets, à la préservation des ressources naturelles et à la lutte contre le changement climatique.


Les petites bêtes du compost

Alors que nous contribuons à réduire notre empreinte carbone en recyclant nos biodéchets, une armée d’insectes et de micro-organismes invisibles à l’œil nu se met au travail pour transformer nos restes de cuisine en un précieux amendement pour le sol. Dans cet article, nous mettons en lumière ces petites bêtes du compost, souvent méconnues mais indispensables à notre écosystème de valorisation des déchets.

  • Comprendre l’économie circulaire
  • Les avantages de l’économie circulaire
  • L’avenir de l’économie circulaire

I. Les Vers de Terre

Les héros incontestés du compost, les vers de terre jouent un rôle crucial dans le processus de décomposition. En effet, leur activité de fouisseur aère le compost, favorisant ainsi l’oxygénation nécessaire aux micro-organismes décomposeurs. De plus, ils transforment les matières organiques en humus riche, un engrais naturel bénéfique pour les plantes.

II. Les Coléoptères

Les coléoptères tels que les charançons participent activement à la décomposition des déchets en se nourrissant de matière organique en décomposition. C’est ainsi que leurs activités contribuent à fragmenter les déchets, accélérant ainsi le processus de compostage.

III. Les Acariens

Si vous observez de près votre tas de compost, vous pourriez apercevoir ces minuscules arachnides en train de se faufiler entre les débris. Les acariens jouent un rôle essentiel dans la décomposition en se nourrissant de champignons et de bactéries présents dans le compost. Leur présence témoigne d’un environnement équilibré et fertile.

IV. Les Cloportes

Ces petits crustacés terrestres, souvent négligés, sont pourtant des travailleurs infatigables du compost. Ils se nourrissent principalement de matières végétales en décomposition, contribuant ainsi à la fragmentation des déchets et à la création d’un compost homogène.

V. Les Bactéries et les Champignons

Enfin, n’oublions pas les véritables architectes du compost : les bactéries et les champignons. Leur activité enzymatique décompose la matière organique complexe en éléments plus simples, transformant ainsi nos déchets en une substance riche en nutriments essentiels pour les plantes.

Ensemble, ces petites bêtes du compost forment un écosystème dynamique et harmonieux, où chaque acteur joue un rôle précis dans la transformation des déchets en ressources précieuses pour notre environnement. En optant pour la valorisation des biodéchets à travers le compostage, nous soutenons non seulement la santé de notre planète, mais nous célébrons également la diversité de la vie qui s’épanouit dans nos jardins et nos sols. 


L'économie circulaire

L’économie circulaire a pour objectif de répondre aux défis environnementaux et économiques contemporains. Contrairement au modèle traditionnel de production linéaire, cette stratégie promeut la réduction des déchets, la réutilisation des ressources et la régénération des écosystèmes. Dans cet article, nous explorerons les fondements de l’économie circulaire, ses principaux avantages et son impact potentiel sur notre avenir.

  • Comprendre l’économie circulaire
  • Les avantages de l’économie circulaire
  • L’avenir de l’économie circulaire

I. Comprendre l'économie circulaire

L’économie circulaire repose sur le principe de boucle, où les matériaux, les produits et les ressources sont réutilisés, réparés ou recyclés autant que possible. Cela a pour but de limiter la production de déchets et la surconsommation de matières premières.
Cette approche repose sur trois idées fondamentales :

  • La conception en boucle : Faire en sorte, dès la conception d’un produit, de pouvoir le réutiliser, le recycler ou le démonter afin de prolonger sa durée de vie et de faciliter son recyclage.
  • La régénération des systèmes naturels : Favoriser la restauration et la préservation des écosystèmes, ainsi que la réduction de l’empreinte écologique des activités humaines.
  • L’optimisation des ressources : Utiliser efficacement les ressources disponibles en adoptant des pratiques telles que le partage, la location, et la réparation.

II. Les avantages de l'économie circulaire

L’économie circulaire offre une multitude d’avantages à la fois environnementaux, économiques et sociaux. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • La réduction des déchets et de l’empreinte carbone : En favorisant la réutilisation, le recyclage et la remise en état, la quantité de déchets produits est limitée. Cela contribue à réduire la pollution, les émissions de gaz à effet de serre et préservant les ressources naturelles.
  • L’innovation et la création d’emplois : La transition vers une économie circulaire stimule l’innovation en matière de conception de produits, de technologies de recyclage et de modèles commerciaux durables, créant ainsi de nouvelles opportunités d’emploi et de croissance économique.
  • Conservation des ressources naturelles : L’économie circulaire permet de préserver les ressources naturelles non renouvelables telles que les minéraux, les métaux et les combustibles fossiles. Cela réduit la pression sur les écosystèmes fragiles et contribue à garantir un approvisionnement durable en ressources pour les générations futures.
  • Création de communautés durables : En encourageant le développement de circuits courts, de marchés locaux et de réseaux de partage, l’économie circulaire favorise la création de communautés résilientes et durables. Les initiatives telles que les jardins communautaires et les plateformes d’échange de biens encouragent la collaboration et contribuent au bien-être des individus et des collectivités.

III. L'avenir de l'économie circulaire

L’avenir de l’économie circulaire est prometteur et appelle à jouer un rôle de plus en plus crucial dans la transition vers un modèle économique durable. Voici quelques perspectives sur son évolution future :

  • Évolution des modèles de consommation : L’économie circulaire nécessite un changement de comportement des consommateurs, qui doivent privilégier la durabilité et la qualité des produits plutôt que la simple possession. 
  • Intégration dans les stratégies d’entreprise : Les entreprises reconnaissent de plus en plus les avantages économiques, environnementaux et sociaux de l’économie circulaire et intègrent cette approche dans leurs stratégies. De nombreuses grandes entreprises adoptent des modèles commerciaux circulaires, tels que la location de produits et l’écoconception, pour réduire les coûts, stimuler l’innovation et répondre aux attentes croissantes des consommateurs en matière de durabilité.
  • Technologies émergentes et innovation : Les progrès technologiques, tels que l’intelligence artificielle ou l’impression 3D, jouent un rôle essentiel dans l’optimisation des systèmes circulaires. Ces technologies permettront également de développer de nouveaux processus de recyclage et de valorisation des déchets, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités d’innovation et de développement économique.

En adoptant cette approche, nous pouvons transformer nos modes de production et de consommation pour créer un monde plus équitable, plus résilient et plus respectueux de l’environnement. 


Les biodéchets

Les biodéchets, également appelés déchets organiques, sont un ensemble de plusieurs types de déchets. Ceux-ci sont trop souvent incinérés ou enfouis, alors qu’ils peuvent être valorisés. Dans cet article, découvrez pourquoi et comment valoriser correctement vos biodéchets !

  • Qu’est ce que les biodéchets ? 
  • Pourquoi est-il important de les valoriser ? 
  • Quelles solutions pour les valoriser ? 
  • Le guide de tri de Gaïa

I. Qu’est-ce-que les biodéchets ? 

Les biodéchets regroupent plusieurs types de déchets organiques :

  • déchets verts : tontes de pelouse, brindilles, haies, feuilles mortes, paille…
  • déchets alimentaires : restes de repas et de préparation, produits périmés non consommés sans emballages…

Aujourd’hui, les biodéchets représentent un tiers de la poubelle des ménages français, alors qu’ils peuvent être valorisés naturellement et retourner à la terre.

II. Pourquoi est-il important de valoriser les 

biodéchets ?

La valorisation des déchets organiques présente de nombreux avantages. 

  • Réduire la pollution des sols en stoppant l’enfouissement des biodéchets. 
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie produites lors de l’incinération des déchets. 
  • Produire une source d’énergie renouvelable, le biogaz.
  • Améliorer la qualité des sols : les biodéchets peuvent être valorisés en compost, un amendement naturel qui permet d’optimiser la captation du CO2 dans l’atmosphère, par les plantes.

III. Quelles solutions pour valoriser les biodéchets ?

Plusieurs pratiques existent afin de valoriser les déchets organiques, que vous soyez professionnel ou particulier. 

  • Le compostage : processus biologique aérobique (avec oxygénation) de dégradation de la matière qui permet de produire du compost : en bac, en tas, lombricompostage…
  • La méthanisation : processus biologique anaérobique (absence d’oxygénation) de dégradation de la matière qui permet de produire du biogaz. 
  • Points d’apports volontaires : si vous n’avez pas l’espace ou le temps nécessaire, les Points Relais Compost d’Alter Gaïa vous permettent de valoriser simplement et à votre rythme vos biodéchets.

IV. Le guide de tri de Gaïa

Ces déchets sont compostables !

  • Épluchures de fruits et légumes
  • Agrumes : seulement si ils sont coupés en petits morceaux !
  • Restes de repas
  • Thé et marc de café : sans emballages !
  • Coquilles  d’œufs en morceaux
  • Pain humidifié
  • Noyaux et pépins de fruits et légumes
  • Broyats et feuilles mortes
  • Croûtes de fromage : sans protection plastique !
  • Viande et poisson : en évitant les os et arêtes !
  • Produits laitiers
  • Gâteaux

Ces déchets ne sont pas compostables !

  • Sauces : en grande quantité, celles-ci sont trop humides et risquent de perturber le bon équilibre de votre compost.
  • Coquilles de fruits de mer : les coquillages sont trop dur pour pouvoir se dégrader simplement.
  • Serviettes et essuie-tout
  • Film aluminium et plastique